Un enfant handicapé séquestré et enchaîné depuis 7 ans

  Encore une histoire digne de l'âge de pierre qui est révélée au Maroc. A Taourirt, dans le nord-est du royaume, un enfant handicapé vit attaché des pieds dans une « grotte » depuis près de 7 ans. Sa mère, qui est à l'origine de cette situation, assure ne pas avoir les moyens pour le faire interner dans un hôpital.

  Ignorance ou incapacité financière ? Personne ne sait vraiment ce qui a poussé cette mère, originaire de l'Oriental, à enchainer son petit dans une pièce de 4 mètres carrés, éloignée du village. C'est une vidéo intitulée « Message au peuple marocain, vous êtes tous responsables de cet enfant » et postée le 17 avril dernier sur Youtube, qui a révélé cette histoire sordide au grand jour.

  La scène a été filmée dans un village située dans la région de Taourirt, dans le nord-est du Maroc. Elle montre Fayçal, un enfant handicapé de 13 ans, attaché d'un pied dans une sorte de grotte, content d'avoir du yaourt à boire entre les mains. On y voit aussi la mère, qui vient lui rendre visite en présence des gens de village, en larmes. Une situation des plus cruelles pour un enfant de cet âge, d'autant plus que celui-ci aurait vécu ainsi pendant près de 7 ans.

  Elle demande l'aide des autorités

  « Cet enfant que vous voyez là, je l'ai emmené partout (ndlr : pour le faire soigner). Je l'ai emmené à Rabat, mais ils n'ont pas voulu le garder, je l'ai emmené à Khémisset, ils ne l'ont pas retenu, je l'ai emmené à Fès, au service Bensouda, mais ils ne l'ont pas retenu non plus », déclare la mère qui assure ne pas avoir eu le choix avant de le séquestrer.

  « Maintenant, je demande leur aide (des autorités locales) et celle de Dieu pour pouvoir construire une maison sur une parcelle de 100 mètres que je possède et pour le sortir de cette situation », poursuit-t-elle pendant que son enfant s'agite dans son coin. Selon la mère, l'enfant souffre depuis sa première année de naissance d'un handicap mental qui le rend hyperactif et agressif. « Je suis fatiguée de courir dans tous les sens. J'ai frappé à toutes les portes (...) », lance-t-elle encore. La demande ne manque pas d'étonner.