Handy-Blogs

Les blogs Handi-Expression

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.
  • Connexion

Les déambulations d'un éclopé coquin

Posté par le dans Non catégorisé
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 71
  • Imprimer
2. Étirements et galipettes ?


En retard. Comme d'habitude. J'ai pris mon temps pour me préparer et maintenant il va falloir prier pour ne pas avoir d'embouteillages. Ce n'est pas possible !! Pourquoi je ne pense jamais à mettre ce réveil ! Bon OK, je n'aurais pas dû regarder ASSE-OM hier soir, j'étais déjà épuisé... Mais 2-0 bon sang de bonsoir !! C'était MA-GNI-FIQUE ! Une fin de championnat comme on en voudrait plus souvent ! Mais ce matin... J'ai des cernes sous les yeux, le regard cireux, et un marteau-piqueur dans la tête... Plus ja-mais je ne boirai de ma vie ! En même temps, quatre Despe' à la suite j'ai fait fort, très fort !

Comme tous les lundis, je me rends chez mon kiné pour une séance intensive d'une heure. En général quand je ressors de chez lui, je suis lessivé ! Avec ma mine déconfite, ça va être beau ! Et rien que de penser au trajet... Bref, j'ai les nerfs en pelote...

Je descends directement au garage prendre la voiture. Y aller en tram, en pleine heure de pointe, ce serait suicidaire ! J'ai fait l'acquisition il y a deux mois d'une petite Clio bleu foncé métallisé, et je dois dire que j'en suis ravi. Ma première voiture ! Ça change du tout au tout : rien que pour l'autonomie, ça a bouleversé ma vie. Fini le temps où je devais faire appel à papa-maman pour aller à Lyon, Grenoble ou Navarre ! Terminés les trajets en car ou en train dont l'accessibilité pour les personnes comme moi était à constante variable... J'ai fait installer en plus un frein d'urgence, une sorte de manette reliée à la pédale de frein, de sorte que lorsque je la pousse avec la main, je ralentis. Ca m'a clairement soulagé, parce que des frayeurs j'en ai eu un bon nombre : entre le pied qui rate la pédale de frein et les freinages en catastrophes... J'aurais pu mourir de crises cardiaques plus d'une fois... Le seul problème, c'est que je déteste conduire sur l'autoroute. La peur du carambolage sans doute. Et je m'apprête justement à prendre la rocade en direction de Seyssinet : oh joie ! J'ai la tête des mauvais jours. En plus, mon dos commence à me faire souffrir. Ce n'est qu'à vingt minutes de chez moi en tant normal, mais aujourd'hui, veille de vacances, j'ai bien peur qu'il y ait des embouteillages... Il fait pourtant ce matin un soleil radieux. Mais la bonne humeur n'est toujours pas au rendez-vous.

Effectivement, j'ai été bloqué sur deux kilomètres au moins. Je commençais sérieusement à perdre patience quand j'arrive enfin à proximité du kiné. Aucune place libre... Vingt minutes de retard... Je fais le tour du pâté de maisons. Zen soyons zen ! Même les rares places handicapées sont prises. Calme-toi Christophe, calme-toi ! La patience n'est pas la première de mes qualités. Devant moi, à 100 mètres, j'aperçois une voiture qui quitte son stationnement. J'accélère et je m'y engouffre. 25 minutes de retard : je suis en train de battre un record... Je « cours » aussi vite que je peux chez mon kiné. En route, je faillis renverser une jolie brune, la vingtaine, yeux bleus. Mais je n'ai malheureusement pas le temps de m'arrêter pour discuter et reprends ma marche forcée. Je rentre sans sonner dans la salle d'attente. Essoufflé, je suis trempé de sueur, les joues en feu et les lunettes toutes embuées. La tête d'une femme apparaît dans l'encadrement du cabinet.

“Bonjour ! Tu es Christophe, n'est-ce pas ?

- Euh... Oui...

Je m'assois deux minutes pour reprendre mes esprits.

- Je suis la remplaçante de monsieur Danfrey. Il a eu un accident de moto et s'est cassé la jambe. Il est indisponible pendant au moins trois semaines et je le remplace pendant ce temps. Ca ne te pose pas de problème ?

- Oh non non ! Pas du tout !

En règle générale, j'ai horreur que les gens que je ne connais pas me tutoie d'entrée de jeu. Comme si j'étais un débile et qu'ils devaient se mettre à mon niveau. Mais elle, elle a un je-ne-sais-quoi. Une femme spontanée et impulsive à coup sûr. Je lui pardonne volontiers. En plus elle est plutôt mignonne . Elle me sourit et m'invite à rentrer dans le cabinet. Je reprends peu à peu mon souffle. Tout en la suivant, j'en profite pour la détailler discrètement. Yeux bleus, blonde avec de ravissantes tresses, quelques tâches de rousseur sur les pommettes. Je dirais un mètre soixante dix, la trentaine. Je parie qu'elle est d'origine hollandaise . Elle s'appelle Svetlana et cela ne fait que six mois qu'elle est en France. Elle est d'origine hollandaise. Bingo !

Arrivé dans le cabinet, elle me fait signe de m'assoir et de me déshabiller.

Elle me précise, tout en consultant son carnet de rendez-vous, de ne garder que le caleçon.

- Euh... c'est-à-dire que... j'ai une couche...

Elle relève la tête en souriant :

- N'aies pas peur, je ne vais pas te manger !

Je rougis légèrement et après quelques secondes d'hésitation m'exécute.

- Allez viens sur la table et mets toi sur le dos, s'il te plaît.

Je m'avance donc vers la table.

- Ah oui effectivement tu as un bon déhanchement en marchant...

Hélas ! Je me dandine beaucoup en me déplaçant. Monsieur Danfrey me prédit même que vers la cinquante, il y ait des chances que je finisse en fauteuil roulant. Quelle réjouissante perspective !

Docile, je me place sur la table comme indiqué. Je pressens qu'elle va m'étirer les hanches comme mon kiné habituel, mais il n'en est rien. Elle pose ses mains sur mes pieds et commence à me les masser. Ce n'est pas désagréable du tout, c'est même très relaxant !

- Je pratique une rééducation beaucoup plus douce, par des massages, de la réflexologie plantaire, et de l'ostéopathie.

Oh punaise, je plane ! Je sens qu'elle remonte en direction de ma jambe. Etant poilu, ce n'est pas très agréable, mais je ne dis rien. Ca délasse, c'est pas croyable ! Je soupire de plaisir. Elle se penche un peu plus en avant ce qui me laisse tout le loisir pour entrevoir son décolleté... Mais quelle généreuse poitrine que voilà !

- J'aimerais te demander quelque chose de plus personnel...

Je parie qu'elle veut savoir qu'elle est ma maladie et en quoi ça consiste... On me pose souvent cette question, mais ça ne me dérange pas, ça me fait plaisir que l'on s'intéresse à moi. Ça n'est pas de la curiosité mal placée, malsaine.

- Est-ce que tu voudrais bien retirer ta couche ? J'aimerais pratiquer de la palpation active sur ton sexe, c'est-à-dire ressentir les vibrations internes pour essayer de stimuler ton système urinaire et peut-être soigner après plusieurs séances ton incontinence. C'est purement théorique et à ma connaissance ça n'a jamais été vérifié, ça reste du domaine de l'hypothèse. Je tente une expérience mais je veux défendre cela dans ma prochaine thèse et ça m'aiderait beaucoup si tu acceptais....

Je faillis en tomber de la table !

- Quoi ?? Je... Vous êtes sérieuse ?

Palpation active ?? Dans ma tête le mot « MASTURBATION » s'affichait en lettre capitale !

- Très sérieuse oui.

Je déglutis difficilement.

- Oui mais non...

- S'il te plait !!!

Elle avait l'air sincère.

- Mais... Si j'ai une couche, c'est que... Et puis je ne me déshabille pas comme ça, je ne vous connais pas et je suis assez pudique.

- Je peux me déshabiller si ça te permet d'être plus à l'aise !?

Et sans attendre ma réponse, elle descend sa robe à terre et fait de même avec sa culotte. Je reste pantois devant son culot et son naturel affiché. Quelle situation surréaliste ! J'écarquille les yeux devant cette créature impudique. Je peux maintenant admirer à loisir sa plantureuse poitrine... Ses mamelons sont rouge comme de belles cerises que j'aimerais cueillir ! Elle a également une belle toison, soigneusement entretenue. Reprends toi Christophe ! Elle va te prendre pour un obsédé ! Si elle doit en plus « palper » ma virilité comme elle dit, autant justement ne pas lui montrer que je peux être viril ! La honte que ce serait...

- Bon... D'accord, mais...

Elle ne me laisse pas finir ma phrase et applaudit ma décision, enthousiaste.

- SUPER !!! C'est vraiment généreux, j'en ai vraiment besoin pour ma thèse...

Besoin de quoi ? De mon sexe ? Sans attendre plus longtemps, elle défait ma couche sans demander la permission. Je n'avais pas senti d'odeur suspecte heureusement. Mon sexe n'est pas en érection, dieu merci ! Ma kiné libérée se retourne et s'éloigne alors. Je contemple ses jolies fesses bougées. Eh bien cette journée n'est peut-être pas aussi mauvaise que je le croyais ! Je sens alors mon membre tressaillir. Oh non ce n'est pas vrai !! Penser à quelque chose de triste vite !!! MA COUCHE ! LES EMBOUTEILLAGES ! MON RETARD ! N'importe quoi mais Popol doit se calmer immédiatement ! J'entends que ma praticienne coquine revient. Une goutte de sueur coule dans mon dos. Je panique ! LE RETARD ! LA FATIGUE ! PAS DE PLACES POUR ME GARER !

Svetlana fait irruption, un gant et une serviette dans chaque main.

- Un brin de toilettes avant de commencer ?

Je fixe mon sexe : il est de nouveau au repos, je respire ! La coquine en a profité pour s'approcher et commence à me faire ma toilette intime en sifflotant... Le contact du gant froid sur ma peau me fait tressaillir. Elle soulève alors mon sexe avec son autre main pour laver mes bourses. Je sursaute, surpris, et me mord les lèvres. C'est la première fois qu'une femme touche cette partie de mon corps ! C'est si agréable ! Cela fait pas mal de temps que je pense de plus en plus au sexe. Effleurer la peau d'une femme, donner et recevoir du plaisir, être en elle, ne faire plus qu'un, comme si mon corps lui appartenait, lorsque la tension sexuelle, l'émotion et le désir sont à leur paroxysme, et plonger dans l'abysse des sens. Mais cela m'est impossible... Je suis handicapé et je suis dans l'incapacité physique d'offrir ma virginité à une femme. C'est un énorme manque pour moi, un vide terrible : la sensation de n'être qu'une moitié d'Homme...

- Allez j'ai fini ! Allonge toi maintenant, les bras le long du corps.

Nerveux, je me couche sur le dos. Elle pose alors deux doigt sur mon gland et reste silencieuse plusieurs minutes. Pense à autre chose ! Pense à autre chose !Je ferme les yeux, crispé. Je commence sérieusement à me demander ce que je fais là : est-ce vraiment une kiné ? Ou une praticienne du sexe ?

- Je te fais mal ?

J'ouvre les yeux, étonné.

- Quoi ?

- Je te demandais si je te faisais mal ? Je te sens tendu...

- Non non pas du tout ! C'est très agré... C'est très bien...

Mais quelle couillon... Ressaisis toi nom d'un chien ! En attendant, c'est vraiment bon ! Svetlana a maintenant deux doigts sur mes bourses et les fait imperceptiblement vibrer. Je suis bien, détendu. Je sens une légère chaleur au creux de mes reins. Quelle vol upté ! Je suis aux anges.

- Eh bé dis moi ! Je vois que mes séances te font plaisir !

J'ouvre subitement les yeux et fixe aussitôt mon regard sur mon sexe. J'ai une érection. Et quelle érection ! Mon membre est droit comme un piquet ! Je n'aurais jamais cru ça possible si je ne le constatais pas de mes yeux !

- Tu as un phallus bien vigoureux dis moi !

Elle a l'air flatté. Ma kiné pose alors un doigt à l'arrière de mon gland et lui donne une petite tape. Je sens alors ma sève monter. Il n'en faut pas plus pour me faire craquer. Je répands alors en deux jets succincts ma semence sur la main de Svetlana. Elle me jette un regard coquin en rigolant :

- Tu vois que ce n'était pas si terrible !

Elle prend un mouchoir sur la table derrière elle et s'essuie consciencieusement la main. Puis elle regarde sa montre :

- Allez p'tit coquin ! La séance est fini, tu peux te rhabiller ! Mon client suivant m'attend”.

Mais je n'écoutais plus et me noyait dans l'abysse des sens...

Notez cet article:
0
Mots clés: Amour & Handicap
  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité dimanche, 13 juin 2021