Lundi 6 janvier, on célèbre l'épiphanie, avec la galette des rois qui l'accompagne. Pourtant ces deux célébrations n'ont pas grand chose à voir. L'épiphanie, tradition chrétienne, et la galette des rois, purement païenne, ont toutes deux une origine et une signification différente. Selon la tradition chrétienne, l’épiphanie célèbre la visite des Rois Mages - Balthazar, Melchior et Gaspard - à Jésus. Douze jours après sa naissance, les trois Rois Mages arrivèrent dans l'étable où était né Jésus afin de lui rendre hommage. Ils venaient selon l'Evangile, de l'Orient, et suivaient la lumière d'une étoile nouvelle qui selon la tradition annonçait la venue du nouveau roi des juifs. Ils lui apportèrent des cadeaux, comme de l’encens ou de l’or. L’histoire de la galette des rois provient, quant à elle, de l’Antiquité. A l’époque romaine, lors des Saturnales, des fêtes célébrées lors du solstice d’hiver, un esclave était tiré au sort par son ou ses maîtres. Pendant une journée, il perdait son « statut d’esclave » et inversait les rôles avec son « patron ». D’autres historiens racontent qu’un condamné à mort pouvait lui aussi être tiré au sort pendant cette période, et bénéficier d’un régime de faveur, le temps des festivités, avant que la sentence ne soit prononcée.

Voici un tour d'horizon des galettes des rois en images:





























































Bonne journée à tous.