Témoignage Jean-Pierre Brouillaud !!!


Ces lignes relatent une double cécité.
La première qui est toujours actuelle, celle des yeux morts.
La seconde, fortement ébranlée aujourd'hui, qui provenait en fait de la croyance en un moi séparé de l'autre, et du mirage du bonheur permanent de ma personne.

Mais en cherchant ainsi à préserver par la fuite, par le mensonge, mon état d'existence "séparée", je ne faisais qu'attirer à moi de nouvelles opportunités de souffrir. J'étais comme une mouche engluée dans du miel, plus je me débattais et plus je m'enfonçais, le refus de la cécité me revenait dessus comme la pierre dans cette histoire.

En Amérique du nord les Indiens avaient un piège à haute psychologie, pour capturer un ours, ils enduisaient une pierre de miel et la suspendaient à une corde accrochée à une solide branche d'arbre.
L'ours avide de miel essayait de saisir la pierre pour lécher le miel et la pierre se balançait et le frappait. Il devenait alors
Furieux et frustré, confondant la colère avec lui-même.
Et plus la pierre le heurtait et plus il la frappait puissamment. Et plus le mécontentement et la haine l'aveuglaient et plus il se faisait mal.
Il eût suffit qu'il se calmât, prît de la distance pour observer la situation, et la pierre se serait immobilisée par elle-même.
Il aurait alors pu déguster à loisir le miel aimé, mais trop convoité.

L'attachement au miel asseyait en lui la cupidité qui engendrait la haine et l'aveuglement.
Le désir de l'ours fixé sur le miel prenait toute la place dans sa conscience. Il était si peu en relation avec lui-même, qu'il finissait par se tuer, se tuer pour quelque chose qu'il aimait !

J'espère que cela ne vous rappelle rien ? Surtout pas vous ! "

 

Jean-Pierre Brouillaud

Jean-Pierre Brouillaud