Handy-Blogs

Les blogs Handi-Expression

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.
  • Connexion

Le repos du guerrier

Posté par le dans Perso
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 537
  • Imprimer

L'utilisation pour une personne handicapée d'un moyen de transport en commun s'apparente la plupart du temps à un parcours du combattant.

Pour autant, la cohabitation avec les autres usagers des transports en commun se passe bien. C'est même très agréable ! Je m'explique, une personne handicapées doit toujours faire face dans la rue aux regards pesants des passants. Le regard des enfants est différent, il est uniquement empreint de curiosité. Si vous leur souriez en retour, ils s'illuminent de joie et de gentillesse. Difficile d'en dire autant des adultes, sauf il est vrai dans les transports en commun, où il est de bon ton d'ignorer l'autre. Du coup pendant un court répit, celui du transport, la différence s'efface, on se sent comme un autre. C'est finalement très reposant !

En cas de problème pour accéder au moyen de transport, les gens sont plutôt bienveillants. Certains peuvent même aller jusqu'à vous aider à entrer ou sortir.

Si un usager dispose d'une poussette cela ne pose pas véritablement problème. En revanche, je crois savoir qu'il n'en va pas de même avec une autre personne en fauteuil roulant. Le conducteur de bus est en effet en droit de refuser l'accès d'une personne en fauteuil roulant s'il en accueil déjà une.

Si le simple usage d'un transport en commun pour une personne non valide s'apparente au parcours du combattant, les autres passagers n'en sont pas responsables.
La faute en incombe le plus souvent :
- aux travailleurs de ces transports qui nous considèrent comme des usagers de second rang,
- à leurs responsables qui ne cherchent pas à mettre en œuvre des solutions simples susceptibles de nous faciliter grandement la vie,
- enfin et surtout au politiques pour leur manque de courage et d'engagement à faire oublier cette dernière discrimination en France. Peut être oublient-ils que nous avons aussi le droit de vote ?

Notez cet article:
  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité dimanche, 30 avril 2017